À la différence de la littérature, un scénario est avant tout un outil de travail complexe destiné aux artistes et techniciens du film dont le travail consiste en fin de compte à traduire votre récit en image et en son. Le tournage entier se base sur ce document de travail, c’est pourquoi il doit être pensé pour le tournage et non pour la romance.

C’est donc un enjeu énorme pour la réussite ou non de votre film, mais pas seulement. Ici, nous verrons comment le mettre en page ou surtout pourquoi et dans quelles conditions.

INTRODUCTION

 

En France, aucune règle officielle ne régit la façon dont doit être mis en page un scénario. Chacun est donc libre de faire comme il le souhaite. Toutefois, pour qu’un scénario convainc producteurs et organismes de financements, il doit être le plus clair et lisible possible. Bref il doit donner envie qu’on le lise.

C’est pourquoi, en nous basant sur des écrits de scénaristes professionnels, ainsi que sur notre propre expérience, nous avons élaboré quelques principes qui permettent de mettre en page de manière aérée votre scénario, de manière à ce qu’il remplisse sa fonction technique et soit en même temps plus agréable à lire. Ces règles vous permettront d’être rigoureux dans votre rédaction, et surtout de gagner du temps dans la pré-production et sur le tournage de votre film.

Puisque le scénario est un document technique, la question de la mise en page se pose forcément. Comment faut-il donc présenter un scénario pour qu’il soit pratique pour tous les maillons de la chaîne d’un film, de la pré-production à la post-production ?

 

Attention à la frustration ! Le travail d’écriture d’un scénario n’est jamais définitivement terminé. Il est destiné à évoluer sans cesse jusqu’à ce que le film soit entièrement terminé. Ne cherchez donc pas à figer l’histoire avant que débute le tournage, c’est impossible. 

 

Ah et prenons deux minutes pour régler un problème de taille : OUI en Italien, on dit “un scénario” et “des scenarii”. Puisque le mot est Italien à la base, vous pouvez dire ces deux mots mais sachez qu’aujourd’hui le mot “scénarios” au pluriel a été intégré au dictionnaire français et par conséquent, les deux pluriels sont corrects ! Par ailleurs, tout le monde aujourd’hui en France parle de “scénarios” avec le pluriel Français.

UNE MINUTE = UNE PAGE

L’une des qualités principales d’un scénario bien mis en page est de donner une idée de la durée du film et des séquences qui le composent. Gardez en tête la règle suivante : une page de scénario dure 1 minute à l’écran une fois le film monté.

Il est donc possible de minuter le film avant le tournage, ce qui est très important quand votre film est produit (le producteur vous demandera l’estimation de temps de votre film, encore plus pour une série !).

Un producteur expérimenté peut déjà avoir une idée du budget nécessaire pour le projet dès la lecture du scénario. Cette règle de 1 page = 1 minute est également très pratique sur le tournage (on évite ainsi les prises trop longues ou trop courtes) pour certains postes comme le scripte ou le 1er assistant réalisateur.

L'UNITÉ DE TEMPS : LES SÉQUENCES

Un scénario est décomposée en séquences (et non pas en scènes comme au théâtre).

Sauf indication contraire, dans cet article on utilisera le mot “séquence” pour désigner cette première définition technique.

Une séquence est une unité de TEMPS, de LIEU ou d’ACTION

Donc si l’un de ces trois paramètre change au cours d’une histoire, on change de séquence aussi. C’est une méthode de décomposition alors très pratique pour que les techniciens se repèrent dans le scénario et pour l’organisation du tournage.

Lorsqu’on commence une nouvelle séquence, on écrit ce qu’on appelle l’intitulé de séquence. Il présente en une ligne des informations qui permettent au lecteur de comprendre au premier coup d’œil (comme un spectateur d’un film) où et quand se passe l’action. Cela permet de ne pas avoir forcément à écrire une longue description. On retrouve alors les informations suivantes dans cet ordre:

 

[NUMÉRO de séquence]      [INTÉRIEUR ou EXTÉRIEUR].  [DÉCOR] – [EFFET] (si la séquence se passe de jour ou de nuit).

On retrouvera notamment le numéro de séquence sur le clap lors du tournage et il permet entre autre d’indiquer à l’équipe ce que l’on va tourner, et à quel moment de la journée sur le plan de travail.

 

L’intitulé de séquence s’écrit en MAJUSCULE et en GRAS pour vite le repérer dans le scénario.

Exemples d’intitulés de séquences :

 

6      EXT .  FORÊT LUGUBRE – NUIT

 

14      INT.  SALON DE L’APPARTEMENT DE PAUL – JOUR

 

29      INT. HALL DE LA GARE – NUIT

 

31      EXT. TERRASSE DU CAFÉ “LE CHEVAL BLANC” – JOUR

PRÉSENT DE L'INDICATIF

Un scénario doit être écrit au présent de l’indicatif. Si il y a bien une règle que tout le monde respecte dans le domaine du scénario, c’est bien celle-là. On a encore jamais vu ni en France ni ailleurs dans le monde, un scénario écrit dans un autre temps que le présent de l’indicatif. 

Par exemple :

“Jean aperçoit une voiture, modèle Ford Mustang coupé verte, qui s’approche à vitesse réduite du point de rendez-vous.”

CE QUE TU NE PEUX PAS TROUVER DANS UN SCÉNARIO

“Depuis l’enfance, John n’a cessé de cultiver une passion dévorante pour l’astronomie.”

Le réalisateur n’a alors aucune indication de mise en scène et vous risquez de perdre des informations précieuses pour la compréhension du récit. Vous devrez tout faire comprendre par l’action et les dialogues chaque information que vous donnez à votre spectateur !

 

“elle avait alors compris que…”

On ne voit pas à l’image ce qu’il se passe dans sa tête 😉 

 

“le doux son des vagues vient caresser délicatement ses tympans”

Ce sont des métaphores abstraites et vous ne devez garder que ce qui relève de la description de ce que l’on voit à l’écran ou que l’on entend.

ATTENTION À L'ORTHOGRAPHE

Un scénario s’écrit sans fautes d’orthographe, de grammaire ou de conjugaison !

Faîtes le relire par 20 personnes s’il faut, mais dès lors que vous rendez un scénario à quelqu’un, il doit être irréprochable ! Pourquoi ? Parce qu’à la moindre faute, un producteur ne lira pas une phrase de plus, et votre précieux scénario finira dans sa déchiqueteuse ! Ce n’est pas un mythe, c’est bien une réalité. Les sociétés de productions reçoivent aujourd’hui une quantité faramineuse de scénarios par jour ! De fait, elles sont dans l’incapacité de lire tout ce qui leur est envoyé et engager des lecteurs pour évaluer les scénarios reçus coûte cher. L’orthographe devient donc souvent un critère de sélection majeur entre une oeuvre à laquelle on laissera une chance et une autre que personne ne prendra le temps de lire. S’ils doivent en plus s’amuser à refaire votre mise en page ou corriger vos fautes, c’est mission impossible pour eux !

ARIAL 12

Vous entendez souvent les gens vous dire qu’on écrit un scénario en Courrier (c’est le nom de la typographie). C’est une typographie très utilisée chez nos voisins Américains ou Britanniques donc si vous envisagez de travailler en tant que scénariste là-bas, ne tenez pas compte de ça. Ne tenez pas compte non plus de tout ce cours d’ailleurs car comme on l’a expliqué, dans ces pays, il y a des règles de mise en page pré-établies que vous devrez respecter.

Chez nous, on préfère écrire en Arial taille 12, qui est bien plus agréable à lire et beau visuellement que le courrier.

L'AÉRATION

Globalement, on respecte une aération assez forte entre les corps de descriptions, les dialogues, les intitulés de séquence, pour que la page soit visuellement agréable. C’est une règle qui doit rester toujours dans un coin de votre tête quand vous rédigez.

LA PREMIÈRE FOIS

La première fois qu’un personnage ou qu’un accessoire est cité dans un corps de description, on écrit son nom en MAJUSCULES. Cela permet de retrouver facilement et rapidement à quel moment dans l’histoire il apparaît pour la première fois. C’est un gain de temps énorme lors de la préparation du tournage.

LE NOM DES PERSONNAGES

Lorsque vous évoquez l’un de vos personnages, il faut qu’il soit appelé de la même manière tout au long du scénario. Même si on apprend le nom d’un personnage en cours de route. Si on apprend à la séquence 27 que « L’homme en baskets » est en fait « Nathan », vous devrez choisir entre les deux noms de la séquence 1 à la dernière. Si vous voulez absolument conserver l’effet de surprise, peut-être qu’il faut choisir « L’homme en baskets » mais pensez bien que ça doit rester le plus pratique possible pour toute l’équipe technique. Donc si vous pensez que tout le monde va l’appeler Nathan sur le plateau de tournage, écrivez Nathan.

LES DIALOGUES

Les dialogues sont très vite repérables dans un scénario. C’est important qu’on les distingue bien du corps de description et donc c’est pourquoi les noms des personnages dans les titres des dialogues sont majuscules, en gras et centrés.

En dessous du nom, vous pouvez ajouter une didascalie qui précise au comédien la manière de dire ses lignes de dialogue. Cette didascalie doit être centrée, entre parenthèses et en italique.

Juste en dessous, vous pouvez écrire la réplique du comédien mais ce dialogue n’est pas centré, il est aligné à gauche et se trouve à 4 tabulations du bord de la page.

On saute une ligne entre le corps de description et le bloc de dialogue d’un personnage (nom du personnage + didascalie + réplique).

LES TABULATIONS

Il y a une tabulation pour tout le scénario (sauf pour le numéro de séquence) par rapport au bord de page. Cela permet d’identifier rapidement et au premier coup d’œil à quelle séquence on se trouve.

On rappelle que les dialogues sont à 4 tabulations du bord de page.

LE NUMÉRO DE SÉQUENCE

Lorsque l’on commence une séquence, on écrit son numéro tout à gauche sans tabulation, mais aussi sur la même ligne tout à droite. Ça facilite la recherche d’une séquence en particulier lorsque le scénario est imprimé et relié.

LE CORPS DE DESCRIPTION

Le corps de description décrit (toujours au présent de l’indicatif), ce que l’on voit à l’écran. Ni plus, ni moins. Il est justifié et non pas aligné à gauche.

PAGE SUIVANTE

Si vous arrivez en bout de page, vous devez faire attention à ne jamais couper un dialogue ou un corps de description en deux. C’est-à-dire que la description ou la réplique doivent être sur la même page. Si il y a un risque que vous en coupiez un des deux d’une page à l’autre, vous passez tout sur la page d’après !

CONCLUSION

Contrairement à Hollywood, en France les scénaristes ont une grande liberté dans la mise en page de leur scénario.

Cette liberté peut être une bonne comme une mauvaise chose suivant si elle est utilisée à bon escient ou non. Chacun est donc libre de respecter plus ou moins les règles établies dans cet article. Cependant, gardez en tête qu’un bon scénario doit être un outil de travail adapté aux contraintes de la réalisation (même si vous êtes le réalisateur de votre propre histoire) et c’est aussi un document complémentaire au pitch qui vous permet de vendre votre récit à un producteur. Donc pour être certain que votre scénario soit bien lisible, pratique et mis en valeur, on vous conseille d’appliquer au mieux ces quelques règles de mise en page pour aérer et bien présenter votre travail.

 

Comme toujours, si vous avez besoin d’aide, ou tout simplement que vous souhaitez nous partager votre propre mise en page, n’hésitez pas à laisser un commentaire juste en dessous, un modérateur ou même la communauté pourront vous répondre !

>